• Garde moi sous ton aile.

     

     

    durer_wing

     

    Garde moi sous ton aile .

     

    Je ne sais si demain écrira mes désirs

    Oserais-je une fois rêver d'un avenir?

     

    Garde moi sous ton aile.

     

    Une nuit de décembre un peu trop étoilée

    La vie a basculé, mon âme s'est voilée.

     

    Garde moi sous ton aile.

     

    Une nuit de janvier tu as su réveiller

    Des sentiments cachés au creux d'un oreiller.

     

    Garde moi sous ton aile.

     

    Je ne sais si demain pourrait -être facile

    Sans doute qu’avec toi, je me ferais docile.

     

    Garde moi sous ton aile.

     

    Pourrait-on m'expliquer le temps qu'il m'a fallu

    Pour enfin te trouver sur mon sentier perdu.

     

    Garde moi sous ton aile.

     

    C'est depuis que je sais ce que d'aimer veut dire

    Que je crains le "destin" et ce qu'il peut prédire.

     

    Garde moi sous ton aile.

     

    C'est depuis que l'amour m'a emboîté le pas

    Que j'ai soudain peur de passer à trépas.

     

    Garde moi sous ton aile.

     

    Pourrait- on m'expliquer pourquoi dire je t'aime

    Est plus lourd à porter que mon nom de baptême.

     

    Garde moi sous ton aile.

     

    Tu passes pour un saint, alors protège moi

    Notre Amour durera sans s' inquiéter des mois.

     

    Garde moi sous ton aile.

     

    elvane **le 30.12.2006**

    garde moi sous ton aile

  • Trésor de lune

    Trésor de lune.

     

    Serait-elle Maria - Chapdelaine

    Avec sa grande cape de laine

    Et sa trop longue jupe à volants ?

    Elle est apparue bien trop fragile

    Enveloppée dans sa capeline.

     

    Mais sur les marches de la chapelle,

    A minuit lorsque tout étincelle,

    Les notables n’ont laissé entrer

    L’enfant aux jupons mal repassés.

     

    Sa silhouette déjà bien frêle

    S’est encore recroquevillée.

    Quand les choeurs se sont mis à chanter

    De magnifiques chants de Noël

    Louant une paix universelle.

     

    Des larmes sont venues s’écraser

    Au perron des marches enneigées.

    Pour être transformées en diamants

    Sous le doux reflet du firmament.

     

    Les flocons se sont mis à tomber

    Pour lui faire un diadème de fée.

    La neige sur le gravier gelé

    S’est vite empressée de scintiller.

    Sous le ciel devenu étoilé.

     

    C’était une bien grande fortune

    Sur ses cheveux” couleur Clair de lune”

    Magnifique trésor éphémère

    Pour illuminer ses yeux gris verts.

     

    La neige restera pour blanchir

    L’empreinte menue des petits pas

    En s’empressant de la recouvrir

    Voulant faire oublier sa misère

    En ce soir de toutes les lumières

    Où beaucoup ne la regardent pas.

     

     

    Elvane** 26.12.2004**

  • Changer d'horizon

    notre nid

     

    Changer d’horizon

     

    Notre nid est fermé, restent nos souvenirs

    Les as-tu bien rangés au fond d’une valise

    Dans un coffret secret comme une friandise

    Que nous pourrons ouvrir dans un proche avenir.

     

    C’est là que nous avons vu notre Amour grandir.

    Entre ce qui fait rire et cette soirée grise

    Nous avons surmonté un bon nombre de crises

    L’autre nid nous attend. Nous pouvons repartir.

     

    Toi et moi savons bien qu’il est sans importance

    d’être ici ou ailleurs. En toute circonstance

    Nous n’avons qu’un bonheur, celui d’être blottis.

     

    Toi et moi savons bien qu’il n’est pas très facile

    De changer d’horizon. Qu’il soit grand ou petit

    Qu’importera son nid, notre Amour est docile.

     

    elvane**27.12.2006**

     

     

     

     

  • A MOINS QUE.....

    à moins que....

     

    Toi seul as voulu m’apprendre
    Ce que le bonheur engendre
    Comme tendresse à revendre
    lorsque l’amour vient surprendre.

     

    Si l’on me faisait comprendre
    Que je ne dois plus t’attendre
    Ou plus le droit de t’entendre ,
    Qu'importe  la route à prendre.

     

    Mon coeur ne veut se défendre
    Toi seul saurait me le rendre.
    Nul ne pourrait le reprendre
    Il n’en resterait que cendre.

     

    Pour oublier ta voix tendre
    Dans la nuit j’irai m’étendre
    Lorsqu’il gèle à pierre fendre
    A moins que j’aille me pendre.

     

    elvane **27.12.2006**
     
  • PLUMES RENCONTREES

    Plumes rencontrées pour JF

    Plumes rencontrées.

     

    Au bout de lointaines contrées

    A la pénombre tous les soirs ,

    Pour décrypter nos désespoirs

    Nos plumes se sont concentrées.

     

    Sur nos vies bien trop empêtrées

    Sont venus des mots démêloirs.

    Au bout de lointaines contrées

    A la pénombre tous les soirs .

     

    Bonheur des âmes pénétrées,

    Les jours nous ont semblé moins noirs,

    Nous pouvions ranger nos mouchoirs

    Nos pensées s’étaient rencontrées

    Au bout de lointaines contrées .

     

    elvane ** 21.12.2006**

     

  • Ami des heures sombres

    erdrenuit6hj

     

    Ami des heures sombres

     

    Pourquoi affirmais-tu , Ami des heures sombres ?

    “Le bonheur te va bien mais prends donc garde à toi.

    Si cela ne va plus, je t’offrirai un toit.”

    Je t’en voulais un peu de parler de pénombres.

     

    J’ai approché l’Amour, l’unique et sans une ombre,

    Celui qui sait rimer avec le “Toi et Moi”,

    Celui dont tu ne m'as  jamais transmis l' émoi,

    Celui qui ne prévoit d’être “barque qui sombre”.

     

    Tu voudrais me prédire, Ami des mauvais jours

    Qu'une telle passion ne dure pas toujours.

    En voulant t'écouter, j'aurais bien pu  me perdre.

     

    J’ai compris et je sais  que cet Amour rend fou.

    Je n'irai plus le soir te rejoindre sur l’Erdre,

    Même si tu m'as dit être là au cas où...

     

    elvane**23.10.2006**

  • SOLITUDE

    SOLITUDE

     

    solitude

     

    Solitude tu es cachée au fond de nous.

    Es-tu tant détestée? es-tu si désirée ?

    Te crois tu le vainqueur de notre âme éplorée

    Quand tu as recouvert nos vies de ton burnous ?

     

    Tu sais nous adopter ainsi qu’une nounou

    Après avoir surpris notre vie déchirée

    Par des maux sous-jacents qui l’ont vite égarée.

    Ton voile nous attire et nous laisse à genoux.

     

    Tu te fais héroïne et douce mélodie.

    Un beau jour tu deviens fatale maladie

    Rongeant de l’intérieur ce qui reste d’espoir.

     

    Il faudrait être deux pour quitter ton emprise,

    Arriver à trancher à grand coup de coupoir

    Ce qui reste de peur pour sortir de nos crises.

     

    elvane le 18.11.2006

  • Au bord de la piste


    Au bord de la piste...

    *****

    Au bord de la piste
    Le marionnettiste
    A laissé tomber
    Les fils emmêlés

    Au bord de la piste
    Du marionnettiste
    Gentille poupée
    Désarticulée
    S’est trouvée brisée

    Au bord de la piste
    Du marionnettiste
    La pauvre poupée
    Aux yeux délavés
    S’est mise à pleurer

    Au bord de la piste
    Du marionnettiste
    Poupée repliée
    Sur son tablier
    De larmes mouillé

    Au bord de la piste
    Le marionnettiste
    Voudrait réparer
    Sa chère poupée

    Au bord de la piste
    Le marionnettiste
    Est désappointé
    Devant sa poupée

     

    elvane**12.11.2006**

    24_10_2004_petit_cosette

     


     

  • Papillon en cage



    Papillon en cage

    Triste est le papillon qui se trouve enfermé
    Pour une aile brisée par un seul dérapage.
    Une clé s’est tournée pour verrouiller la cage
    Qui pose en son regard l’ombre du résigné.

    Derrière ses barreaux trop bien aseptisés,
    Qu’il voudrait déchirer, il perd son beau courage.
    En restant silencieux pour étouffer sa rage
    Le tendre papillon a envie de pleurer.

    Pourtant il a compris qu’il avait de la chance,
    Près de lui est resté l’oiseau qui se balance
    Pour l’aider à rêver d’une autre liberté.

    Pourquoi laisserait-il se déverser ses peines ?
    Il aime mieux cacher, en mettant de côté,
    Ses secrets et l’ennui de ses pensées malsaines.

    elvane** 28/09/06**

  • j'ai appris

     

    jai appris

     

    J’ai appris

     

    Avec Toi, j’ai appris

    A vivre la folie

    Qui fait la vie jolie

    Même s’il est un prix.

     

    Avec Toi, j’ai compris

    Comment aimer la vie

    Accepter toute envie

    Oublier le mépris.

     

    Avec Toi tricherie

    Ni même tromperie

    Ne pourront exister.

     

    Une histoire authentique

    Ne saurait accepter

    De travers diabolique.

     

    elvane **18.11.2006**

  • Rondel de tes yeux **elvane/Condor - Jean-FrançoisD**

    Rondel de tes yeux,

    Mon bonheur se puise en tes yeux,
    Là où l’Amour y prend sa source,
    Deux étoiles de la Grande Ourse,
    Deux diamants purs et mystérieux.

    Ils ont des reflets camaïeux
    Qui me délassent, me ressourcent.
    Mon bonheur se puise en tes yeux,
    Là où l’Amour y prend sa source.

    Regard profond et merveilleux ,
    Je m’y réchauffe comme une ourse
    Fatiguée d’une longue course
    A la quête des plus hauts cieux.
    Mon bonheur se puise en tes yeux.

    elvane/condor - Jean-François D **

    18.12.2006**

  • Ruban éternel

    ruban eternel blog

     

    Ruban éternel

    ****

    L’Amour a décidé d’enfin m’ouvrir ses ailes.

    Il m’a fallu du temps pour le laisser entrer.

    Longues années d’errance en refus d’intégrer

    Qu’un beau jour il voudrait m’imposer ses ficelles.

     

    Aujourd’hui s’est tissée une vie de dentelle

    Aux coussins parfumés avec réveils sucrés.

    Tu m’as apprivoisée, je t’ai idolâtré.

    Sur nous s'est déposé l’Amour qui ensorcelle.

     

    Il reste que la peur tenaille mon esprit,

    Il est certain qu’un jour j’en paierai fort le prix.

    Cette insouciance-là me vaudra la pénombre.

     

    L’Oiseau, voleras-tu sur mon funeste autel ?

    Auras-tu une larme au coin de tes yeux sombres

    Pour sceller notre histoire en ruban éternel ?

     

    elvane**29.10.2006**

     

  •  Petite enfant,

    Tendresse

     

    Petite enfant,

    Il est des mois d’hiver où tout peut basculer
    Et des mois de juillet où la mer est complice
    Décembre est arrivé au pays du supplice
    Pour emporter l’enfant au jardin étoilé.

    Les années ont passé sur le sentier brûlé,
    La lune a défilé sous de nombreux solstices
    Pour prêter au soleil le rai qui tranquillise.
    Au détour d’un été l’amour a consolé.

    Tendre enfant où es-tu ? Ton absence m’effraie,
    Le temps s’est fait raison, il cachera ma plaie.
    Il m’a appris que nul ne peut être fautif.

    Je ne veux t’oublier, il faut juste comprendre
    Qu’au monde il n’est jamais rien de définitif.
    Aujourd’hui le chemin de ma vie doit reprendre.

    elvane**20.11.2006**

     

     

     

  • Pemière sortie

  • Il est de ces Amours

  • CES DEUX LA.....



    Ces deux là......

     

    Je suis un papillon qui voudrait être d’or

    Pour éblouir l’Oiseau le plus noir, le Condor.

    Sur les cris de mon âme, il a changé l’accord.

    Son chant a fait vibrer mon coeur et plus encor’.

    Si je devais couver son nid comme une oiselle

    Présente ou bien discrète en une vie nouvelle

    En gestes délicats qui se voudraient ombrelle.

    Je le protègerais en déployant mes ailes.

     

    *****

    Si je pouvais voler, je serais Tourterelle

    Afin d’accompagner mon amie l’Hirondelle.

    Nous changerions le vent en douce ritournelle

    Pour hymne d’amitié et sentiment fidèle.

     

    *****

    Ces deux là resteront à la vie,à la mort

    Les symboles précieux d’un immense trésor.

    Chacun à leur façon se font grand réconfort

    Insufflant à mes jours un tout nouvel essor.

     

    elvane **04.12.2006**

     

  • Les anémones