Le soleil l'a frôlée

 

Le soleil l’a frôlée

 

 

Le soleil l’a frôlée pour la rendre plus belle,

Elle s’est endormie comme un oiseau blessé.

Sans vouloir l’apeurer le sommeil s’est glissé

En toute discrétion sur un bruissement d’aile.

 

Elle s’est endormie comme un oiseau blessé

Pour trouver ce repos que le destin appelle

"Eden" sur le chemin de la Voute éternelle.

Aucun vent désormais ne pourra la froisser.

 

Pour trouver ce repos que le destin appelle,

La nuit s’est installée sur son regard glacé.

Demain lui posera le diadème princier

D’une étoile teintée au lavis d'aquarelle.

 

La nuit s’est installée sur son regard glacé.

Elle emporte à jamais en image fidèle

Les visages aimés qui se penchent sur elle.

Son âme est rassurée. Elle peut les laisser.

 

Elle emporte à jamais en image fidèle

Le bonheur d’une vie qu’un nuage a poussé

Vers cette obscurité d'où renait le passé.

Le soleil l’a frôlée pour la rendre plus belle.

 

 

elvane** 15.10.2007**

A toi

Pour "elle"

Les commentaires sont fermés.